23 mars 2009


François Duval au rallye des Ardennes !

Dix ans après ses débuts, le meilleur pilote belge sera de retour sur le terrain de ses premiers faits d’armes. 
Et oui, dix ans déjà… Souvenez-vous : c’était en 1999. 
Après une première tentative « nationale » avortée au rallye des Hautes Fagnes (suite à une impressionnante sortie de route, 
ce qui ne l’avait pas empêché d’imposer, le lendemain, la Toyota Celica familiale dans le rallye-sprint des Deux Bottes), 
François Duval, 18 ans et le permis en poche depuis quelques semaines à peine, « réglait » tous les participants du challenge Citroën 
lors du Circuit des Ardennes qu’il achevait au 6e rang final ! 
Une première « perf » en rallye qui ne passait pas inaperçue et qui allait avoir les suites que tout le monde connaît. 
Une décennie plus tard, François Duval fera l’honneur aux membres de l’Ecurie Bayard de prendre part à leur épreuve en tant que voiture « 00 ». 
Pour l’occasion, le vainqueur du rallye d’Australie 2005 pilotera la Toyota Corolla 16S au volant de laquelle il avait notamment disputé les éditions 2008 
des Legend Boucles de Spa et du Legend Jalhay Classic.
Le rallye des Ardennes fait le plein d’engagés !
Le championnat Asaf des rallyes a le vent en poupe : trois semaines après la manche d’ouverture à Hannut, le rallye des Ardennes affiche, 
lui aussi, complet : quelque 180 équipages sont attendus, emmenés notamment par les Blaise, Boelens, Bouts, Damsin, Deferm, Degeling, Hébette,
Heckters, Kelders, Lamquet, Lejeune, Tufano, Ubaghs, Wilders et quelques étrangers !
« Ma petite entreprise connaît pas la crise… » chantait le regretté Alain Bashung. C’est vrai que, saison après saison,
le championnat de la communauté française des rallyes continue à faire recette, pour le plus grand bonheur des amateurs de rallyes. 
Habitués à faire le plein d’engagés (Ardennes, Famenne…), les membres de l’écurie Bayard et de l’ACFB sont rompus depuis belle lurette 
au difficile exercice d’accepter un maximum de concurrents au sein d’un timing malheureusement pas extensible. 
Mais c’est quand même bien de minute en minute que s’élanceront les nombreux candidats à la succession d’Hubert Deferm 
et Eric Moulin, les derniers vainqueurs en date, respectivement en D4 et D123.
A commencer par le premier nommé qui troquera, par contre, sa Subaru WRC pour sa très jolie BMW Compact. 
Un choix osé de la part du champion de Belgique en titre qui aura le mérite d’ouvrir les débats dans une division 4 où il n’y aura pas, 
cette fois, de véhicule « épouvantail » en tant que tel. On devrait s’orienter vers un match opposant de nombreuses Mitsubishi de tous poils 
à une série de propulsions généralement très bien conduites. 
Un gage de lutte équilibrée ? Il faut l’espérer !
Dans le détail, on citera les Evo8 ou 9 de Bonjean, Clajot, Damis, Damsin (vainqueur des éditions 2005 et 2007 en D123), 
Hermans, Rowe, Vertommen mais aussi les plus anciennes Evo6 ou 7 de Degeling, Morimont ou Wauthier sans oublier les Subaru Sti de Dupuis et Massin
tandis qu’en face, avec deux roues motrices de moins, on peut épingler les BMW de Deferm et Lamquet, les Porsche de Kelders (911), 
Schmelcher, Lejeune et Ubaghs (trois 996GT3, une première pour le dernier nommé), la Sierra Cosworth de Debaty mais aussi les efficaces tractions 
de Cunin, Léonard (deux C2 R2), Souvigné (Saxo kit car) et Wilders (Civic Type-R) qui se mesureront au jeune espoir belge recruté par Malcolm Wilson, 
Mathias Boon, annoncé avec sa Fiesta Trophy.
Ce ne sera pas moins animé dans les divisions 1,2 et 3 réservées aux véhicules équipés de pneus conventionnels. 
En effet, pas question de balade ou de tourisme pour les prétendants à la victoire emmenés par Fred Tufano, t
out auréolé de son récent succès hannutois. 
En l’absence du champion 2008, Eric Moulin (année sabbatique), il lui faudra se méfier en priorité de Balthasar, 
Benoît (le vice-champion Asaf en titre sera l’un des rares à disposer d’une 4x4, en l’occurrence une Mitsubishi Evo7), 
Boelens, Bouts, Deroubaix, Grignet, Orban, Raucroix, Servais (tous au volant de tractions de 2 litres ou plus), sans oublier les plus petites cylindrées des Blaise, 
Castremanne, Hébette, Pirotte, Spiertz ou Wilkin ni les propulsions d’Heckters, Martin, Querinjean, 
Sacré (qui, après plusieurs saisons en BMW 328i fera débuter, ici, une BMW M3 2-7) ou Scaillet, pour n’en citer que les plus évidents.
Ajoutons encore qu’en tant que manche de l’Euro Rallye Trophée, le rallye des Ardennes accueillera à ce titre une bonne douzaine d’équipages étrangers 
auxquels il faudra encore ajouter la venue du jeune Corse Leandri (C2 R2 Max couvée par First Motorsport).
Enfin, l’épreuve accueillera aussi une dizaine d’ancêtres, rassemblé dans la division PH avec, en chefs de file, Valère Want, champion 2008 
et Dany Wynands, son prédécesseur. Tous ceux-là, et leurs nombreux adversaires, en découdront sur un parcours que les organisateurs 
s’efforcent de renouveler chaque année mais toujours composé de trois boucles de quatre étapes chronométrées. 
Cette fois, ils ont concocté un habile mélange des dernières éditions concernant les spéciales de Chevetogne et des Fonds de Leffe
tandis que celles de Dréhance et de la Molignée sont inchangées par rapport à l’édition 2007.
Après les vérifications administratives et techniques (ainsi que les reconnaissances) qui auront lieu, ce samedi 28 dans les installations 
de l’Institut Technique de la Communauté Française d’Herbuchenne, à nouveau centre névralgique de l’épreuve, le premier départ y sera donné 
dimanche 29 à 8h00 tandis que des regroupements y seront prévus à peu avant midi et vers 15h30. 
L’arrivée sera jugée vers 19h05. L’entrée générale sera en vente au prix de 6 euros. Le programme de l’épreuve coûtera 2,5 euros.
 

 
 (C.D. avec Com. / Photo : J. Letihon)